Accès membre

THESE Mobiliser l'hydrodiversité urbaine et sa multifonctionnalité H/F #77399


Date de parution : 16-09-2021

Annonceur AGROCAMPUS OUEST - CENTRE D'ANGERS
Contrat CDD 36 mois
Secteur Recherche et environnement
Localisation Maine-et-Loire
Fonction(s) Études / Projets / Développement

Contexte du recrutement et définition de poste :

Offre de thèse de doctorat

Mobiliser l'hydrodiversité urbaine et sa multifonctionnalité pour une adaptation au changement climatique.

Analyse globale et études de cas de petites villes moyennes du Nord-Ouest de la France

 

Contexte :

Dans un contexte de changement climatique, avec des épisodes de sécheresse de plus en plus fréquents et des risques d’inondation accrus, on constate d'ores et déjà, globalement et localement, des impacts sur la qualité et la quantité de la ressource en eau et une recherche d’adaptation des sociétés, dans le temps et dans l’espace.

Dans les espaces urbanisés notamment les collectivités doivent conjuguer 3 enjeux majeurs pour les villes :

1/ augmentation de la population urbaine mais volonté de limiter l’artificialisation des sols ;

2/ adaptation au changement climatique avec notamment les effets liés aux ilots de chaleur urbains et raréfaction de la ressource en eau ou l’augmentation des risques d'inondation ;

3/ demande accrue de nature en ville par les sociétés urbaines.

Les cours d’eau et leurs abords en ville sont fréquemment mobilisés par les aménageurs pour proposer des solutions à ces enjeux et faire de ces espaces des hauts lieux de multifonctionnalité.

Ces préoccupations font écho à des réflexions engagées autour d’un concept émergent, celui d’hydrodiversité (Carcaud, Valette et Dotto, 2020)[1], qu'il est au cœur de ce projet.

 

Objectifs de la thèse :

La recherche vise à donner à voir, par des études de cas restreints aux petites villes du Nord-Ouest de la France, comment mobiliser la diversité d'adaptation passée et présente des villes dans leurs rapports à leurs rivières, ainsi que les projets d'adaptation actuelle à ce qu'elles perçoivent des conséquences du changement climatique.

 

La thèse mettra en œuvre une approche paysagère et donc transversale. 3 entrées complémentaires seront examinées :

1/ Identification et caractérisation des sites urbains et de la trajectoire historique de relation au fleuve,

2/ Analyse des vulnérabilités et des enjeux en lien avec les changements en cours (rythmes, volumes, qualité…)

3/ Analyse des potentiels pour mobiliser ces réseaux hydrographiques dans l'adaptation au changement climatique. 

Le réseau hydrographique, c'est-à-dire la rivière et sa plaine d'inondation, sera envisagé comme un bien commun grâce à l’hydrodiversité des formes et des services rendus : écologique (biodiversité), cycle de l'eau (infiltration, lutte contre le ruissellement), pédologique (désimperméabilisation des sols), climatique (ilots de fraicheur urbaine), sociétal (cadre de vie par le biais notamment de la demande sociale de  "beauté" ou de "pittoresque", voies douces, récréatifs, agriculture urbaine…).  Le travail visera donc à mettre en évidence et valoriser une multifonctionnalité des formes et des usages de l'eau associée à une préservation de la ressource. La démarche intégrera une dimension prospective, par le biais de scénarisations et avec l’appui de spécialistes de la prospective, notamment par la réalisation de travaux d’étudiants de master commandités et encadrés par les différents acteurs du territoire partenaires du projet.

 

Déroulement de la thèse et organisation :

Ce sujet est porté par deux enseignantes-chercheuses d'Agrocampus-Ouest (UMR ESO et UMR BAGAP) au sein d'un "groupe projet doctoral" émanant du Conseil Scientifique Technique et Prospectif de la DDT 49. Partant du constat que plusieurs acteurs du territoire se questionnent sur le sujet de l'adaptation des villes au changement climatique, et afin de mieux saisir les spécificités et les besoins des territoires en intégrant les partenaires du groupe projet à l'ensemble du processus le doctorant devra dans un premier temps construire la problématique, choisir les terrains de référence, et définir le rôle d’appui des différents partenaires du groupe au travail doctoral.

Les différentes phases du travail envisagé sont les suivantes :

  • Inventorier la matérialité des formes de l’hydrodiversité et leur trajectoire historique : analyse de données géographiques et historiques, analyse de documents d’urbanisme, …
  • Qualifier les usages et services rendus par l’hydrodiversité et leur trajectoire historique : enquêtes, entretiens, analyse d’archives - collaboration avec les collectivités
  • Construire des scénarios prospectifs dans un contexte de changement climatique et de transition socio-environnementale : démarche de concertation : travail avec le CST DDT, les collectivités.

 

Les connaissances acquises dans ce cadre permettront d’alimenter au niveau national et international les réflexions sur l’hydrodiversité.

 

[1] https://20ans-rza.sciencesconf.org/326180

 

 

Un dossier de candidature est demandé. Il se compose d’un CV, d’une lettre de motivation, d’un relevé de notes de M1 et de M2, le tout rassemblé dans un seul document (format .pdf).

La candidature officielle doit être envoyée par mail aux encadrantes de thèse, aux adresses indiquées ci-dessous.

La date limite de candidature est le 25 septembre 2021

Des entretiens seront proposés le 4 octobre 2021.

 

Après acceptation du dossier par la procédure de l’école doctorale STT (« Sociétés, Temps, Territoires »), le•a doctorant•e sera inscrit•e à l’Université d’Angers et basé•e à Agrocampus Ouest- centre d’Angers. Le financement sous contrat doctoral de 3 ans avec Agrocampus Ouest est assuré par une bourse CPER ; salaire brut envisagé de 1866€ la première année à 2083€ la troisième année.

 

Date de début de thèse: 1er novembre 2021

Le•a doctorant•e sera co-encadré•e par l’UMR Espaces et SOciétés (ESO - équipe angevine d’Agrocampus Ouest) et l’UMR Biodiversité, Agro-écologie et Aménagement du Paysage (BAGAP - équipe angevine d’Agrocampus Ouest), à Angers.

 

Encadrement :

Nathalie CARCAUD (directrice de thèse), UMR ESO, nathalie.carcaud@agrocampus-ouest.fr

Véronique BEAUJOUAN (encadrante), UMR BAGAP, veronique.beaujouan@agrocampus-ouest.fr

Profil recherché :

Modalités de réalisation de la thèse et profil de candidature :

Le•a candidat•e recherché•e doit être issu•e d'un master dans le domaine de l'aménagement du territoire (géographie, paysage, environnement…) disposant d'une expérience de la pratique du terrain et de conduite d’enquêtes, de compétences cartographiques, d'analyse multi-échelles spatiales et temporelles des territoires, de géomatique.

Le•a candidat•e doit avoir du goût pour la recherche, être capable de travailler en équipe. Il ou elle doit également faire preuve d’autonomie et de maitrise de l’anglais.